Voyage Islande
Best of de l'islande

Notre voyage le plus complet, qui associe l’ambiance maritime de la côte et des péninsules à l’atmosphère particulière des hautes terres d’Islande, entre désert et montagnes multicolores.

L'aventure

Un vrai voyage immersif où l'on prend son temps pour découvrir en profondeur les merveilles de l'Islande, une exploration de l'île de trois semaines pour les âmes vagabondes ! S'il ne devait rester qu'un voyage en Islande, ce serait celui-là, le plus complet : péninsule du Snæfellsnes, fjords du Nord-Ouest dont la falaise de Látrabjarg, Mývatn et ses convulsions chtoniennes, sanctuaire d'Askja, glaciers sous toutes leurs formes dans le Sud-Est avec les icebergs de Jökulsárlón et les langues glaciaires de Skaftafell, puis l'inévitable symphonie de couleurs du Landmannalaugar, sans compter les mille et un détours que l'itinéraire réserve. Car l'Islande, c'est comme un bon plat, autant découvrir les secrets de la recette une fois sur place. Jour après jour, vous entrez dans ce qui fait l'âme de ce pays : des paysages à nuls autres pareils, accrochés du côté du cercle polaire arctique, sur des terres perdues entre ciel et mer !    

En savoir plus DĂ©couvrir le programme complet et les tarifs

3 bonnes raisons de faire ce voyage

  1. Trois semaines pour explorer l’Islande et ses fantastiques paysages maritimes et désertiques, avec véhicule privé et hébergement sous toit.
  2. La traversée en ferry entre la péninsule de Snaefellsnes et les fjords de l’Ouest.
  3. La caldeira d’Askja et surtout le site reculé de Kverkfjöll, ultime “bout du monde” du pays.

Le programme de la rando

  • Jour 1 Vol pour l'Islande - Keflavík - Reykjavík

    HĂ©bergement : guest-house (reykjavĂ­k). Repas libre. Transfert : 45 min.

  • Jour 2 Reykjavík - Cercle d'or

    Départ dans la matinée à bord d’un minibus privatif. Le voyage débute par le célèbre Cercle d’or : les chutes de Gullfoss, le geyser Strokkur, à Geysir, et enfin les plaines du Parlement de Þingvellir. Randonnée dans le site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, qui nous mène à travers la vallée pour finir au point de vue dominant le bassin d’effondrement. C’est ici que le parlement en plein air fut fondé, en 930. Par les chemins buissonniers, le cap est mis plein nord pour un avant-goût d’une zone inhabitée, avant de vite bifurquer vers la vallée de Reykholt. Nuit dans les environs de Borgarnes.


    2 h de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 4 h 30.

  • Jour 3 Péninsule de Snæfellsnes

    Entrée dans la péninsule de Snæfellsnes, cette longue échine montagneuse qui part plein ouest, en direction du Groenland. En son extrémité, le volcan-glacier Snæfellsjökull s’élève et domine les environs. C’est l’un des endroits où se concentrerait l’énergie terrestre, et force est de reconnaître que l’on s’y sent bien. Les deux faces de la péninsule sont assez différentes : le sud est formé d’une longe plage de sable blond, assez rare en Islande loin des fjords du nord-ouest, et la plaine côtière, parsemée de quelques fermes. La côte nord, elle, est plus accidentée, faite de fjords et de baies, où quelques villages de pêcheurs se tapissent. Au bout de la péninsule, c’est le domaine de la lave, trait d’union entre les deux faces opposées. Découverte de la côte vers Arnarstapi et Hellnar, avec les récifs couverts de mouettes tridactyles, de cormorans. Les sternes ont aussi pris possession des lieux. A Djúpalónssandur, la randonnée longe d’abord les récifs érodés par les vagues pour ensuite gagner Drítvík et bifurquer vers quelques jolis petits cratères. Continuation par la côte nord avec quelques arrêts ici et là. Nuit dans les environs de Grundarfjörður.


    Dénivelée positive : 50 m. Dénivelée négative : 50 m. 3 h 30 de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 3 h 30.

  • Jour 4 Péninsule de Snæfellsnes - ferry sur le Breiðarfjörður - fjords de l'Ouest

    Au petit port coloré de Stykkishólmur, embarquement en ferry pour la traversée du fjord Breiðarfjörður, aux indénombrables îles et îlots. Seule l’île de Flatey est encore habitée toute l’année par deux familles. Perdue au milieu du fjord, c’est un endroit des plus dépaysants dont les jolies maisons colorées et restaurées nous rappellent qu’à une époque l’île était bien plus peuplée, comme le soulignent les vestiges de la pêcherie située au niveau de l’embarcadère. L’île est le paradis des oiseaux : bécassines des marais, mouettes tridactyles, macareux, guillemots à miroir, l’enchantent de leur chant incessant. Le ferry finit sa course à l’embarcadère de Brjánslækur. Bienvenue sur la côte du Bárðaströnd et dans les fjords du Nord-Ouest, un monde à part. Route vers votre gîte dans le Patreksfjörður pour une arrivée en début de soirée. Installation pour deux nuits dans le Patreksfjörður.


    Dénivelée positive : 300 m. Dénivelée négative : 300 m. 3 h de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 5 h.

  • Jour 5 Falaise de Látrabjarg : randonnée et observation des oiseaux

    L’itinéraire rayonne aujourd’hui autour de Patreksfjörður, véritable finis terrae de l’Islande, et de l’Europe ! Randonnée le long de la falaise de Látrabjarg, longue d’une quinzaine de kilomètres et qui atteint pas loin de 500 mètres de hauteur. La randonnée promet d’être aérienne sous l’œil curieux des pétrels tempête, notamment. La falaise finit par descendre vers un petit phare où niche une colonie de macareux faciles à observer. Retour à l’hébergement.


    Dénivelée positive : 200 m. Dénivelée négative : 250 m. 5 h de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 2 h.

  • Jour 6 Patreksfjörður - Ísafjörður

    Les prochaines étapes du voyage sont davantage itinérantes, roulantes, et les randonnées, plus courtes. Avant cela, il faut nous enfoncer encore dans les paysages étonnants des fjords de l’Ouest. Détour par la plage de sable rouge de Rauðisandur où, avec un peu de chance, des phoques nous guetteront du coin de l’œil. La route sinue ensuite entre fjords et plateaux, et offre des points de vue en plongée sur la côte ou vers les hauteurs. A Dynjandi, une des plus belles chutes du pays déboule tout simplement du plateau qui fut en son temps recouvert d’un glacier. Continuation jusqu’au village d’Ísafjörður, le plus grand port de la région. Découverte de cette petite commune engoncée dans son fjord. Nuit dans l’Ísafjörður.


    3 h 30 de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 3 h 30.

  • Jour 7 Isafjörður - Hrútafjörður

    Longue journée de transition, durant laquelle vous vous laissez bercer par la route et par le charme d’un itinéraire côtier qui va de fjord en fjord pour gagner la partie est de la péninsule. Quelques arrêts permettent de se dégourdir les jambes, d’observer quelques phoques qui paressent sur les roches, ou les limicoles posés sur la grève. Par le fjord Hrútafjörður, nous quittons la péninsule pour prendre la direction du nord de l’île et changer, une fois encore, de décor. Nuit dans le Hrútafjörður.


    1 à 2 h de balade. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 5 h.

  • Jour 8 Hrútafjörður – piscine d'eau chaude - péninsule des Trolls - Siglufjörður

    Traversée des paysages de landes, montagnes, baies et prairies verdoyantes du nord du pays pour atteindre les plus grands fjords de l’île. Détour par la péninsule de Vatnsnes pour y observer une colonie de phoques, près du monolithe photogénique de Hvítserkur, perdu les pieds dans l’eau. Une fois dans le Skagafjörður, où paissent moutons et chevaux, dans un fjord riche d’histoire, ce sera l’occasion pour une baignade dans une piscine municipale en plein air avec vue imprenable sur le fjord. Tous les avantages de la mer avec la température chaude de la piscine ! C’est aussi le rendez-vous quotidien des Islandais. La route longe l’océan et les montagnes, toujours vers le nord et le village de Siglufjörður, capitale de la pêche au hareng durant la première moitié du XXe siècle. Par quelques tunnels, il est aujourd’hui facile de faire le tour de la péninsule des Trolls (Tröllaskaginn) pour gagner Dalvík, petit village de pêcheurs perdu le long du fjord Eyjafjörður, le plus long de l’île et sans doute l’un des plus majestueux. Nuit dans la région de Dalvík.


    Dénivelée positive : 250 m. Dénivelée négative : 250 m. 2 h de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 4 h 30.

  • Jour 9 Siglufjörður - Akureyri - Mývatn

    Laissons derrière nous l’Islande des “premiers temps”, la partie la plus ancienne qui émergea des flots il y a une vingtaine de millions d’années. Notre itinéraire approche maintenant du rift volcanique actif et des terres qui comptent parmi les plus jeunes et les plus tourmentées du pays... Il faut pour cela passer par Akureyri, l’occasion de voir (non sans un certain étonnement !) quelques feux de circulation dans les rues et une vraie ville de 18 000 habitants ! A Goðafoss, la lave qui entoure la chute met la puce à l’oreille, quelque chose est bien en train de changer. C’est en arrivant à Mývatn que l’intuition se confirme avec les pseudo-cratères de Skútustaðir. Première randonnée entre les formations ruiniformes de Dimmuborgir et le cratère d’explosion aux formes parfaites de Hverfjall. Le lac Mývatn et ses environs forment une des régions les plus variées, les plus luxuriantes aussi, à la végétation menacée par le plus grand désert de lave du pays, juste voisin, l’Óðádahraun. Installation pour deux nuits dans la région de Mývatn.


    Dénivelée positive : 200 m. Dénivelée négative : 200 m. 3 h 30 de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 2 h 30.

  • Jour 10 Mývatn

    Dénivelée positive : 250 m. Dénivelée négative : 250 m. 5 à 6 h de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 1 h.

  • Jour 11 Mývatn - Dettifoss - Askja

    Il est temps de partir vers les Hautes Terres et l’intérieur de l’île, là où les paysages ne ressemblent plus à rien de connu, sauf peut-être une évocation des planètes de notre système solaire. Une promesse qui sera largement tenue ! Crochet par le canyon de la Jökulsá á Fjöllum, creusé par les crues cataclysmiques du fleuve il y a quelques milliers d’années seulement. A l’échelle des temps géologiques, c’est encore “frais” ! Randonnée le long du canyon jusqu’aux chutes de Dettifoss, les plus puissantes du pays. La route prend ensuite la direction de l'intérieur. La reine des montagnes, Herðubreið, est en ligne de mire. Ce volcan tabulaire coiffé d’une pointe, résultat d’une éruption sous glaciaire, est assez imposant pour nous cacher l’objectif de la journée, qui n’apparaît qu’une fois cette montagne contournée : Askja et sa caldeira. Les paysages traversés se font de plus en plus lunaires, une multitude de pierres ponces remplit les moindres interstices. A l’horizon trône comme un sanctuaire le massif des Dyngjufjöll, notre destination. Nuit dans les environs d’Askja.


    4 h de marche. HĂ©bergement : refuge. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 4 h 30.

  • Jour 12 Askja - Kverkfjöll, le “monde perdu”

    Randonnée à l'assaut des contreforts de la caldeira d’Askja, vaste effondrement circulaire de 100 kilomètres carrés environ, situé dans la partie occidentale des Dyngjufjöll. Comme de tous les grands volcans il se dégage l’impression d’un monde à part, aux allures de sanctuaire. Au sein de la caldeira, deux lacs : l’un d'eau froide, immense, créé lors de l’éruption de 1875 ; l’autre minuscule, mais d’eau tiède, nommé Viti (“enfer”). Ses eaux laiteuses contrastent avec tout le reste. Une crête permet de prendre de la hauteur, et l’on se sent drone, parapente, planeur pour le plus grand plaisir des yeux. La journée n’est pas finie. En véhicule, cap sur les alignements des Kverkfjöll. Vous pensiez avoir vu le plus isolé et le plus rude des paysages ? Ce n’était qu’un début. La piste est volcanique, rouge, noire, beige. Pour nous, c’est l’une des plus belles et dépaysantes. Elle longe des alignements de chaînes volcaniques axées sur le rift qui s’incurvent à cet endroit en direction du nord et le glacier Vatnajökull se fait de plus en plus gros, imposant, exclusif. Installation pour deux nuits au refuge Kverkfjöll, au pied du glacier.


    Dénivelée positive : 400 m. Dénivelée négative : 200 m. 5 h de marche. Hébergement : refuge. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 3 h 30.

  • Jour 13 Kverkfjöll

    Journée de randonnée complète pour profiter de points de vue imprenables sur le glacier Kverkjökull, émissaire du Vatnajökull, plus vaste calotte glaciaire d’Islande. Peu de gens s’aventurent jusqu’ici, surtout pour deux nuits. C’est un parti pris de ce voyage, et une chance ! La noirceur des roches contraste avec la blancheur des glaciers, les chaînes volcaniques alignées émergent du glacier retiré qui a taillé d’imposantes parois. Ici et là, des blocs erratiques noirs et friables ont été déposés. La végétation est rare mais les mousses souvent vert fluorescent. Il faudra grimper quelque versant abrupt, franchir quelque replat pour arriver sur un point de vue qui offre un panorama exceptionnel sur le glacier. Retour à l’hébergement.


    Dénivelée positive : 450 m. Dénivelée négative : 450 m. 5 à 6 h de marche. Hébergement : refuge. Repas inclus : matin, midi, soir.

  • Jour 14 Kverkfjöll - Snæfell - Egilsstaðir

    Kverkfjöll est un cul-de-sac, le glacier empêchant toute progression vers le sud. Face à la force des éléments, il faudra se contenter de le contourner. Sur la piste qui traverse des champs de lave, on se demande encore si nous sommes bien sur terre. La montagne Snæfell devient notre guide, imposante sur l’horizon. Elle annonce aussi des paysages plus verts, et la sortie des hautes terres, marquée par une longue descente en lacets, rare en Islande, le lac Lagarfljót et la très belle chute de Hengifoss dans son écrin d’orgues volcaniques. Au regard des espaces traversés depuis la matinée, une prairie naturelle ressemble presque à une forêt primaire. Le retour à la civilisation se précise en arrivant à la petite ville d’Egilsstaðir. Descente vers les fjords de l’Est, histoire de retrouver l’Islande des débuts. Nuit dans la région de Reyðafjörður.


    Dénivelée positive : 200 m. Dénivelée négative : 200 m. 1 h 30 de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 6 h.

  • Jour 15 Egilsstaðir - fjords de l'Est - Höfn

    Avec le retour à la végétation, c’est le retour aux cascades, au littoral, à la mer. A la vie ? Encore des fjords et des baies ? Encore des montagnes ? Oui, mais encore différentes, issues des premières coulées de lave. Se succèdent des montagnes aux pointes acérées, où des intrusions de magma sont encore visibles. La région des fjords de l’Est a aussi été le lieu de la pêche à la morue, depuis les grands campagnes des marins bretons jusqu’à l’épisode de la guerre de la morue, entre 1950 et 1970. Cascades à découvrir, balade au-dessus d’une large vallée d’origine glaciaire pour finir sur des montagnes en gabbro où le jeu consiste à retrouver le sigle de Batman. Une belle journée entre mer et montagne. Nuit dans la région de Höfn.


    Dénivelée positive : 200 m. Dénivelée négative : 200 m. 3 h 30 de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 3 h 30.

  • Jour 16 Höfn - icebergs de Jökulsárlón - glaciers de Skaftafell

    Depuis la baie de Lónsvík, passée la veille, de nouveaux paysages s’offrent à nous. La route n° 1 longe la côte, trait de séparation de deux mondes distincts : l’océan et sa côte de sable noir, au sud-est, l’imposant glacier Vatnajökull et sa calotte étincelante, au nord-ouest, dont vous avez déjà découvert l’envers du côté des Kverkfjöll. Ici, il est tout à fait différent. Il tombe jusqu’au niveau de la mer et se sépare en langues glaciaires, parfois longues et étroites, parfois d’une largeur exceptionnelle. L’exemple parfait est celui de la lagune de Jökulsárlón, qui offre sur ce géant un panorama exceptionnel, et propose en outre en premier plan de magnifiques glaces dérivantes. Tout un programme. Quelques phoques, sternes arctiques et bernaches prennent aussi le temps d’admirer le spectacle hypnotique des icebergs qui se cassent, roulent et s’ébrouent. Randonnée le long de la lagune avant d’aller découvrir sa petite sœur, celle de Fjallasárlón, plus petite, plus discrète et tout aussi belle. La route contourne ensuite le plus haut sommet d’Islande, le Hvannadalshnjúkur (2110 m), qui émerge du glacier Öræfajökull. Installation pour deux nuits dans la région de Skaftafell.


    4 h de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 2 h.

  • Jour 17 Skaftafell

    Journée de randonnée complète dans le parc national du Vatnajökull, plus grand parc national d’Europe, qui comprend les sites déjà visités de Dettifoss, Askja, Kverkfjöll et Jökulsárlón. Les langues glaciaires dévalent les versants dans un amas de crevasses pour venir mourir en pente douce dans une vaste plaine qui s’étend à perte de vue. Entre deux langues de glace, le plateau de Skaftafellsheiði n’abrite pas seulement la cascade de Svartifoss prise dans son écrin d’orgues volcaniques. Il permet aussi de prendre de la hauteur et de dominer les environs, de profiter de vues très aériennes sur les langues glaciaires et d’admirer son vis-à-vis, le plus haut sommet d’Islande. Selon la météo, l’itinéraire pourra vous conduire jusqu’aux pointes de Krístinartindar. Retour à l’hébergement dans la région de Skaftafell.


    Dénivelée positive : 800 à 1200 m. Dénivelée négative : 800 à 1200 m. 5 à 7 h de marche. Hébergement : gîte. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 2 h.

  • Jour 18 Skaftafell - Eldgjá

    Il ne reste plus que trois jours pour en profiter. Cap sur les hautes terres, celles du sud. Plutôt qu’un grand plateau, comme au nord, c’est un ici capharnaüm où volcans centraux et rift actif se livrent un conflit. Si l’approche se fait en douceur par de vertes landes, l’arrivée vers Eldgjá marque un brusque changement de décor. La traversée de la coulée de lave de l’Eldhraun a pourtant été annonciatrice de ce qui vous attend, résultat de la plus grande éruption des temps historiques survenue au XVIIe siècle. L’épisode éruptif survenu au Xe siècle n’a rien à lui envier avec des coulées de lave épaisses couvertes de mousses vert bronze. La faille d’Eldgjá, cicatrice béante à la surface, longue de plusieurs kilomètres, large par endroit de 600 mètres, profonde par endroit de 250, s’étire dans ce paysage digne du Seigneur des Anneaux. Eldgjá, la gorge du feu, la bien nommée. Avec le temps, une rivière s’y est frayé un passage, et tombe aujourd’hui dans la faille en formant la très belle chute à étages d’Ófærufoss. Randonnée dans ce décor aux ambiances préhistoriques. Nuit dans la région d’Eldgjá.


    Dénivelée positive : 300 m. Dénivelée négative : 300 m. 4 h de marche. Hébergement : refuge. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 3 h.

  • Jour 19 Eldgjá - Landmannalaugar - Hekla

    Pour gagner Landmannalaugar, il faut emprunter l’incroyable piste qui traverse des paysages qui imposent le silence, où les mousses fluorescentes paraissent irréelles, et où le nombre de rivières à traverser est aussi important que le nombre de kilomètres à parcourir ! Montagnes aux tons pastel, source chaude, muraille de lave et sommets coiffés par le petit glacier Torfajökull : c’est bien le site de Landmannalaugar ! Mais tout est si tourmenté ici que ses abords sont partout rongés par des vallées glaciaires, des petits canyons, des à-pics. Randonnée pour prendre de la hauteur sur le sommet Bláhnúkur et dominer les environs, dont le voisin Brennisteinsalda aux reflets rougeoyants, au-dessus d’une sombre coulée d’obsidienne. Au fond d’une vallée cachée se tapit la mauvaise gorge, Vondugil, domaine de marmites de boue et d’eau bouillonnante. Randonnées dans ces décors pour le moins extraordinaires avant de profiter de la source chaude. Puis route pour finir cette piste inouïe par les vertes prairies des environs de Landmannahellir auxquelles succèdent la rudesse et l’austérité des laves et cendres noires du volcan Hekla, autre grand volcan solitaire et autre sanctuaire. Nuit dans les environs de Hekla.


    Dénivelée positive : 350 m. Dénivelée négative : 350 m. 4 h de marche. Hébergement : refuge. Repas inclus : matin, midi, soir. Transfert : 3 h 30.

  • Jour 20 Hekla - Reykjavík

    Route dans la matinée vers la capitale, Reykjavík. Même à l’approche de la ville, une coulée de lave, un cratère ou des volutes de fumée rappellent que l’Islande est bien la terre du feu et de la glace, une terre en mouvement. Arrivée en fin de matinée. Après-midi libre passée dans la capitale à découvrir cet îlot de civilisation au bord de la mer. Déjeuner, dîner et soirée libres. Nuit en guest-house.


    HĂ©bergement : guest-house (reykjavĂ­k). Repas inclus : matin. Repas libres : midi, soir. Transfert : 3 h.

  • Jour 21 Reykjavík - Keflavík - vol retour

    Transfert en principe dans la matinée vers l’aéroport, et vol retour.


    Repas inclus : matin. Repas libres : midi, soir. Transfert : 45 min.

Plus d'informations sur ce circuit

Ce circuit est proposé par l'agence de voyage Allibert Trekking. Pour connaitre les prix, faire une réservation ou poser une question, rendez-vous direction sur le site internet de l'agence de voyage :

Allibert Trekking

Plus d'informations (programme détaillé, photos et tarifs)

L'agence de voyage pour ce circuit en Islande

Ce séjour en Islande est proposé par Allibert Trekking.

En savoir plus (programme détaillé et dates de départ)